Un enterrement à la démesure de l’Amérique

Une icône américaine
Numéro 1 au classement des 100 meilleurs chanteurs de tous les temps réalisé par le magazine Rolling Stone, Aretha Franklin avait tout : la puissance, latechnique, mais plus encore l‘honnêteté.  Elle est rapidement devenue une icône de la musique populaire américaine et une star internationale qui aura vendu plus de 75 millions d’albums.

Aretha Franklin performs « Respect » at the 10th Annual Soul Train Lady of Soul Awards in Pasadena, California, September 7, 2005. REUTERS/Chris Pizzello CP/TC

Gospel, soul, RnB, pop, rock …
Aretha Franklin, c’est le passage réussi du gospel à la musique soul, bien aidée et toujours soutenue par son père, un révérend très connu. Elle chantera longtemps avant chacun de ses sermons, notamment lors de tournées de prêches qui les conduisent aux quatre coins des Etats-Unis.

Une artiste unanimement respectée
Mais c’était aussi une figure emblématique de la communauté noire. Icône intemporelle, féministe, engagée en faveur de ces grands mouvements politico-culturels, elle entretenait avec Détroit, où elle a grandi, une relation fusionnelle. Sa ville bien aimée, qui fut le berceau de la soul music (avec sa célèbre compagnie Motown), a donc organisé des funérailles majestueuses, le 31 août.

Un concert hommage
La veille, un concert géant au Chene Park Amphitheatre où la chanteuse s’était elle-même produite, a réuni plus de 40 artistes, dont les Four Tops, Dee Dee Bridgewater ou Angie Stone, qui ont interprété ses plus grands morceaux. Une chorale de gospel a également célébré une immense carrière de six décennies qui a fait d’elle une des artistes les plus respectées des Etats-Unis.
Les 5 000 billets – gratuits – sont partis en quelques minutes.

Un cercueil exposé pendant 3 jours
Près de 50 000 admirateurs ont défilé devant son cercueil. Dans une ambiance parfois recueillie, parfois festive. Aretha Franklin était habillée chaque jour avec une tenue différente. Les fans, venus pour certains de très loin, tenaient à lui rendre hommage : « c’est mon idole, je l’aime, j’aime sa musique » disait un homme venu de l’Indiana.

Des funérailles majestueuses
La cérémonie a duré près de 8 heures au Great Grace Temple. Aretha Franklin était vêtue d’une robe dorée scintillante. L’église était décorée d’imposants bouquets de lavande et de roses blanches et roses. Sur son cercueil était posé un simple bouquet de roses. Un défilé de Cadillac roses (clin d’œil à son tube « Freeway of love ») a suivi le cortège jusqu’au cimetière où la diva a été enterrée, auprès de son père et de ses frères et sœurs.
De nombreux fans étaient rassemblés, portant des tee-shirts à l’effigie d’Aretha ou des tenues extravagantes.

Des témoignages émouvants
Si Barak Obama et George W. Bush ont envoyé un témoignage écrit, Bill Clinton a prononcé un éloge funèbre, parlant avec humour d’Aretha, sa vie et ses talents : « elle a reçu un don de Dieu et n’a cessé de grandir chaque jour ».
Stevie Wonder a joué un solo d’harmonica avant de reprendre sa chanson « As ». Le chanteur Smokey Robinson a parlé de son amie d’enfance « je vais t’aimer pour toujours ». Ses petits-enfants ont également pris la parole « je te promets de porter l’héritage de notre famille avec fierté » a déclaré son petit-fils Jordan.

Ce contenu a été publié dans Evenement, L'Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.